Pierre GRATEAU
Le 9 juin 2015
icoShare32Grey
Recevez une fois par mois l'actualité des associations
icoCross16Dark

Responsabilités des dirigeants d'associations - On vous dit tout !

Entre ceux qui ne veulent pas s’engager dans la gestion d’une association par peur des responsabilités juridiques que cela implique et ceux qui ne prennent conscience de celles-ci qu’une fois en poste, trouver LES bonnes personnes pour diriger son association peut s’avérer plus compliqué qu’un parcours du combattant.

 

Pour vous éviter de vous retrouver dans l’une de ces situations, nous vous avons rassemblé les éléments clés à ne surtout pas ignorer lorsque l’on s’engage dans la direction d’une association.

 


Jamais la charrue avant les bœufs !


Mise à part la rédaction indispensable des statuts de votre association (mentionnant son nom, sa forme, son organisation et ses activités), le point de départ de la majorité des associations réside dans l’élection d’un bureau composé de 3 personnes au minimum et qui constituera les dirigeants futurs de l’association.

 

 

                                    

Président(e)                         Secrétaire                         Trésorièr(e)

                

 

 

Les dirigeants d’associations doivent donc être élus et une fois en poste, ils ont pour obligation de se soumettre à différentes règles, dans l’intérêt de l’association d’une part, mais également dans le leur puisque, bien rapidement, leur responsabilité juridique peut être engagée, et ce à différents niveaux :

 

Responsabilité juridique des dirigeants associatifs


 

Parmi les trois types de responsabilités à considérer, la responsabilité financière est très certainement celle à laquelle vous pensez directement, et on vous comprend ! Pas facile de s’engager lorsque l’on ne connaît pas les obligations et risques financiers que cela implique. Ici on vous dit tout, sans tabou !


 

Responsabilité financière des dirigeants – Conseils et informations utiles


« Quand suis-je exposé aux dettes de mon association ? »


C’est la question que tout dirigeant se pose en s’engageant dans la direction d’une association, et à juste titre.
En effet beaucoup souhaitent s’engager en tant que dirigeant mais tiennent néanmoins à maintenir une distinction très claire entre le compte en banque de leur association… Et le leur.

Finalement, c’est plutôt simple : que les dirigeants agissent ou non pour le compte de l’association, c’est elle qui est responsable de ses engagements financiers. Les dirigeants ne sont donc en principe pas tenus des dettes de leur association hormis dans les 3 cas suivants :
 

 

              

 


 

Bon à savoir

Zoom sur vos obligations fiscales


 

« Je me suis porté caution de mon association, qu’est-ce que cela implique ? »
 

Si vous dirigez une association et que vous vous êtes personnellement porté(e) caution d’une ou plusieurs de ses obligations, sachez que si l’association n’est pas en mesure d’y répondre, c’est vous qui en aurez alors la responsabilité, quelle que soit votre situation financière personnelle.

Le plus important ici est de bien vérifier que le cautionnement a été établi dans les normes :
il doit comporter la signature de la caution ainsi que, écrite de sa main, la mention de la somme garantie en toute lettres et en chiffres

 


« De toutes façons je suis bénévole, je n’ai rien à craindre ! »
 

Détrompez-vous ! Bénévole ou non, aucune différence n’est faite au niveau juridique lorsqu’il s’agit de responsabilité financière alors gare aux dérapages (non contrôlés) !

 


Mise en jeu de la responsabilité personnelle du dirigeant


Entrons maintenant dans le vif du sujet : nous ne l’avons pas encore mentionnée, et c’est pourtant une situation grave et récurrente lors de laquelle vos biens personnels sont particulièrement exposés à l’éventuel passif de votre association…

 


…La faute de gestion !


Il arrive que la gestion d’une association ne se déroule pas comme prévu, certaines associations se retrouvant alors avec des contrats non valables, des dépenses faramineuses, ou encore des comptes dans le rouge vif. Quelles sont alors les conséquences de telles failles de gestion ?
Le dirigeant à l’origine de la faute sera considéré comme « responsable sur son patrimoine personnel des dommages subis par l’association ou par un tiers contractant ».
En d’autres termes, le dirigeant devra rembourser personnellement les sommes détournées ou perdues au détriment de l’association.


 

Un conseil pour les présidents ?             Un conseil pour les trésoriers ?

                                   
 

 


Le cas extrême intervient lors de redressement ou liquidation judiciaire d’une association suite à une faute de gestion. Le cas échéant, le tribunal peut tout à fait décider que tous les dirigeants ou une partie d’entre eux seront dans l’obligation de supporter les dettes de l’association.

 

 

Responsabilité civile


Piqûre de rappel : la responsabilité civile est l’ensemble des règles juridiques qui permettent à la victime d’un fait dommageable d’obtenir réparation du préjudice qu’elle a subi. Elle peut être délictuelle ou contractuelle.

 

« Mais qu’est-ce qu’une faute civile exactement ? »

Il y a faute civile dès lors qu’un fait dommageable est exécuté (intentionnellement ou non), et qu’un préjudice est subi par la victime de la faute.

 

Concrètement

Si par exemple vous rayez la voiture de votre voisin en sortant de vos locaux, c’est une faute civile car elle n’est pas punie par la loi pénale, mais elle cause un dommage au propriétaire de la voiture.



Votre association est liée par un contrat à une obligation de sécurité ?
 

Sachez que si une personne ou un groupe de personnes subit des dommages volontaires ou involontaires lors d’un événement organisé par votre association, en aucun cas vous ne pourrez limiter les conséquences de la responsabilité de votre association en invoquant l’imprévisibilité des dommages causés.

Alors prudence lorsque vous tentez de vous décharger de votre responsabilité avec des clauses insérées dans vos contrats, car même si elles sont approuvées au préalable par les victimes, elles peuvent très bien ne pas être prises en compte.

 

Un dirigeant ou un employé est principalement à l’origine de la faute commise par l’association ?


Liée par un contrat ou non, lorsqu’une faute civile est commise, c’est l’association qui est tenue de réparer le préjudice subi car en agissant au nom de l’association, dirigeants et employés ne s’engagent pas eux-mêmes, ils engagent l’association.
 

Nos 2 conseils pour ne pas retrouver votre responsabilité civile personnelle engagée par surprise :

  • Bien s’informer sur la nature de ses responsabilités au sein de son association
  • Bien connaître l’étendue de ces responsabilités afin de cerner les conséquences des ses actions


 

Responsabilité pénale


Certains dirigeants croient qu’il est possible d’enfreindre la loi et de se cacher derrière la personne morale que constitue leur association, car les faits ont été commis au nom et pour le compte de ladite association. Heureusement, ils ont tort ! Sachez que même si la responsabilité pénale de l’association peut être engagée, les dirigeants qui ont commis l’infraction n’en sont pas pour autant oubliés, bien au contraire.

Il convient donc de bien distinguer la différence entre responsabilité civile et responsabilité pénale : tandis qu’en matière civile, c’est l’association qui le plus souvent supporte les conséquences des actions de ses dirigeants, employés etc., en revanche en matière de responsabilité pénale, l’association ne peut faire totalement écran à la responsabilité personnelle des dirigeants.

Voici donc comment s’opère la distinction entre la responsabilité de l’association, et celle des dirigeants :


Cependant, un dirigeant peut s’exonérer de toute responsabilité pénale s’il prouve qu’il a délégué une partie de ses pouvoirs à une personne pourvue de la compétence, de l’autorité et des moyens nécessaires (directeur financier, administratif…)

 

« Mais qu’est-ce que vous appelez une faute pénale exactement ? »
Voici quelques exemples typiques de fautes pénales :
Détournement, falsification, homicide involontaire, atteinte à la dignité…
Néanmoins, dirigeant ou non et quel que soit le type de faute pénale, il convient d’être bien au courant de leurs conséquences sur l’association et sur l’auteur de la faute.

2 fautes pénales en particulier reviennent souvent au sein des associations, alors même si nous savons que « cela ne vous arrivera jamais », et comme il ne faut jamais dire jamais, voici quand mêmes les conséquences de ces fautes auxquelles on ne s’attend pas toujours :

Responsabilités pénales du dirigeant associatif


Pour finir : la fraude fiscale

Personne n’est épargné par les impôts, (pas mêmes les associations, hélas) alors un conseil : en tant que dirigeant d’association, n’essayez pas de contourner vos obligations fiscales en « omettant » de déclarer dans les délais imposés les sommes imposables à l’association car c’est vous qui devrez en assumer l’amende et la peine d’emprisonnement éventuels.

 

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour assurer une gestion efficace et responsable de votre association.
Si vous ne jouez pas avec les règles, tout se passera pour le mieux !

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Juridique
cta

Besoin d'un logiciel complet ?

Sur AssoConnect, tous vos outils de gestion et de communication sont centralisés en un seul endroit.

Tester gratuitement
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Zoom sur les responsabilités des dirigeants d'Associations Sportives

Zoom sur les responsabilités des dirigeants d'Associations Sportives

Globalement, les dirigeants d’associations sportives sont soumis aux mêmes responsabilités que...

Pierre GRATEAU
17 juin 2015
Votre association et la CNIL

Votre association et la CNIL

Quand une association importe sa base de membres dans AssoConnect, une question revient assez...

Pierre GRATEAU
6 décembre 2016
La place des mineurs dans les associations

La place des mineurs dans les associations

Les mineurs sont largement présents au sein des associations, aussi bien de loisirs, que...

Corinne Dardelet
10 octobre 2017
RGPD : ce que ça change pour les associations

RGPD : ce que ça change pour les associations

Article écrit en collaboration avec 


Le 25 mai prochain, le nouveau Règlement Général sur la...

23 janvier 2018
8 conseils pour (re)créer le logo de votre association

8 conseils pour (re)créer le logo de votre association

Créer un logo c’est simple, mais créer un "bon" logo n'est pas chose facile.

S'il n’y a pas de...

Marine Defaux
13 février 2018
Comment organiser un webinaire d'association ?

Comment organiser un webinaire d'association ?

S’il n’est pas encore apparu dans le Larousse, le mot “webinaire” a peut-être une quelconque...

Corinne Dardelet
6 février 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus