Newsletter AssoConnect
Recevez chaque mercredi matin nos infos et astuces pour gérer votre association
mouvement associatif interview

"Le COVID a révélé le rôle essentiel des associations en France" - Interview de Claire Thoury, Présidente du Mouvement Associatif

Corinne

Récemment élue à la présidence du Mouvement associatif, Claire Thoury a accepté de répondre à nos questions pour nous partager son parcours d’engagement, sa vision pour le secteur et les enjeux de la première des fédérations françaises.

Portrait d’une présidente engagée.

portrait-interview-mouvement-associatif

Pouvez-vous nous partager votre parcours ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été engagée. Déjà petite, j’étais souvent déléguée de classe, je voulais représenter les personnes et porter leurs voix.

C’est à la fac, en tant que représentante des étudiants, que j’ai découvert le monde associatif avec Radio Campus, notamment. J’ai été éblouie par sa richesse, sa diversité, son dynamisme.

Le coup de foudre définitif est venu lors d’un événement d’Animafac, à Lyon. 300 personnes étaient là pour débattre et monter des projets collectifs, je me suis rendu compte de l’étendue des possibilités et j’ai trouvé ça génial !

Ça a été un moment structurant, qui a orienté la suite de mon parcours académique. J’ai d’abord consacré mon mémoire de Master 1 à l’histoire d’Animafac avant de travailler en Master 2 sur le Service civique.

Pendant mes années étudiantes, je me suis profondément ancrée dans l’associatif, à la fois sur le terrain et dans mon parcours académique.

Après un stage à la Mairie de Paris, j’ai décidé de faire une thèse. Il se trouve qu’Animafac avait la possibilité d’accueillir un doctorant : un bel alignement des planètes ! Pendant trois ans, j’ai fait ma thèse sur l’engagement étudiant comme vecteur de la construction identitaire et politique des jeunes.

À l’issue de ma thèse, en 2017, je suis devenue déléguée générale d’Animafac. Ma mission consistait aussi à représenter le réseau au sein de différents espaces notamment au sein du Mouvement associatif.

En septembre 2020, la question de la succession de Philippe Jahshan à la présidence du Mouvement Associatif s’est posée. Après quatre ans chez Animafac, je me suis dit "pourquoi pas moi ?" et j’ai décidé de me présenter. J’ai eu la chance d’être élue le 16 avril dernier, juste après ma nomination au Conseil Economique Social et Environnemental (CESE).

Bref, les journées sont bien chargées, mais c’est passionnant !

portrait-interview-mouvement-associatif-parcours

Pourriez-vous nous présenter le Mouvement Associatif ?

Le Mouvement Associatif, c’est la tête de réseau des têtes de réseaux françaises, c’est l’organisation représentative des associations fédérées, cela rassemble environ 700 000 associations, soit près d’une association sur deux en France !

Le mouvement est structuré en coordinations sectorielles et groupements thématiques (culture, sport, aide sanitaire et sociale, etc.) mais aussi territorialement puisqu’il existe 13 Mouvements associatifs régionaux en France. 

Le Mouvement Associatif a quatre missions essentielles : 

    • faire mouvement au service de l’intérêt général ; 
    • faire entendre la voix des associations ; 
    • accompagner les associations ; 
    • animer les dynamiques associatives. 

Le Mouvement associatif est là pour porter la voix du monde associatif et faire entendre ses spécificités. 

La force du mouvement, c’est vraiment la diversité de ses membres qui, convaincus que le fait associatif devait être reconnu de façon transversale, en plus d’une reconnaissance sectorielle, se sont réunis - malgré leurs différences et leurs spécificités - pour faire avancer et porter une vision commune, au service de l’intérêt général et de l’engagement. 

Le mouvement associatif se retrouve autour des valeurs de durabilité, de territorialisation, d’engagement pour tous et, évidemment, d’intérêt général. Il doit porter ces valeurs et les incarner dans ses actions quotidiennes.

presentation-interview-mouvement-associatif

Concrètement, quels sont les champs d'action du Mouvement Associatif ? Quelles ont été ses réalisations marquantes ?

En 2001, pour le centenaire de la loi 1901, il y a eu la charte des engagements réciproques, qui a reconnu le rôle essentiel des associations au sein de la société civile et posé la nécessité de leur dialogue avec l’Etat. Cette charte a été rénovée et approfondie en 2014.

Plus récemment, en juin 2018, nous avons élaboré et remis au Premier Ministre [Edouard Philippe à ce moment-là] notre feuille de route pour une politique de la vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement. Ça a été l'aboutissement d'un grand travail de concertation entre de nombreux représentants de l'Etat, de collectivités et du monde associatif. C’est une bonne illustration de la mission de dialogue et de co-construction du mouvement.  

Nous avons défendu de notre mieux le secteur dans les travaux à propos des emplois aidés.

Et en ce moment, nous sommes très mobilisés sur le projet de loi visant à conforter les principes de la République qui pose de nombreuses difficultés au monde associatif.

portrait-interview-mouvement-associatif-actions

Comment une association peut-elle profiter des actions du Mouvement Associatif au quotidien ?

En dehors des actions de plaidoyer menées auprès des pouvoirs publics et dont elle bénéficiera de fait, elle peut accéder à de nombreuses ressources produites par le Mouvement associatif (résultats d’enquêtes, guides, kits pour interpeller parlementaires ou élus locaux, magazine la Vie associative, etc.). 

Des programmes d’accompagnement sont aussi proposés, pour les têtes de réseau notamment, pour lesquels il est possible de candidater. Toutes les actions du Mouvement associatif et ressources produites se trouvent sur notre site internet. 

Évidemment, si elle souhaite adhérer au Mouvement Associatif, elle peut soumettre une demande. Selon son secteur d’intervention, son projet associatif, son ancrage territorial et plusieurs autres critères, elle pourra demander une adhésion directe ou sera réorientée vers une coordination sectorielle ou un groupement (ex : Animafac).

Les possibilités ne manquent pas !

portrait-interview-mouvement-associatif-covid

On commence à voir la sortie du tunnel du Covid. Quel est votre bilan de ces 18 derniers mois pour le secteur ?

Je trouve ça assez incroyable la manière dont les associations se sont réinventées pendant cette crise, une fois passé l'effet de sidération !

Par exemple, le réseau ESN France (Erasmus Student Network), qui accompagne les étudiants en mobilité, a créé un Discord* très dynamique pendant le premier confinement pour maintenir du lien et faciliter les échanges interculturels. 

Des associations sportives se sont mises à proposer des cours en ligne du jour au lendemain.

Des associations éducatives qui ont assuré la continuité éducative dans les territoires.

Des associations environnementales ont construit des campagnes de sensibilisation pour limiter l’impact des nouveaux déchets “Covid”. 

Des associations étudiantes se sont organisées pour distribuer des paniers alimentaires à d’autres étudiants qui se sont retrouvés dans une situation de grande précarité. 

Des associations qui luttent contre la grande précarité ont récupéré et distribué des équipements numériques aux personnes les plus isolées, bien conscientes que la plupart des démarches allaient désormais s’effectuer en ligne. 

Des exemples comme ceux-là, je peux vous en donner des dizaines !

D’ailleurs, le Mouvement Associatif va bientôt sortir un guide pour mettre en lumière ces initiatives incroyables.

Le monde associatif a essayé de s’adapter et d’apporter des réponses rapides et efficaces dans une situation de crise inédite. 

Quand les consignes sanitaires n’ont pas permis aux associations de poursuivre leurs activités, les conséquences ont parfois été terribles, notamment dans certains territoires, sur le lien social, le bien-être physique et mental, etc.

Le COVID a souligné le rôle essentiel des associations en France. Sans elles, cette crise sanitaire aurait été encore plus difficile. Maintenant, il s'agit pour le politique de le reconnaître, de faire confiance aux associations et de les laisser travailler.

Cette crise montre qu’il y a plein de crises en chaîne, pas uniquement sanitaire, mais aussi sociale, politique, écologique, etc.

Cela renforce encore davantage l’importance et la solidité du monde associatif : ce sont des emplois durables, dans les territoires, qui répondent à de vrais besoins. Il y a une très forte adéquation entre les aspirations de vie des citoyens, les besoins des territoires et la réponse apportée par les associations.

Les associations, ce sont des citoyens qui s’organisent pour répondre à des besoins, porter un projet, défendre une cause.

En revanche, l’après-crise est très préoccupant. Certaines associations risquent de ne pas se relever, il va falloir relancer l’activité, faire revenir les bénévoles et les adhérents. 

En parallèle, il y a aussi une crainte de la part du monde associatif de voir le soutien public aux associations diminuer, dans un éventuel contexte de baisse de la dépense publique. 

C’est là tout l’enjeu du moment pour le Mouvement associatif : porter les préoccupations des acteurs associatifs, tout faire pour limiter les conséquences de la crise sanitaire pour les associations, faire reconnaître le rôle politique et social des associations.

mouvement-associatif-portrait-interview

On entend l'importance de faire mouvement pour se faire entendre. Pensez-vous que le secteur va vers davantage de concentration ?

Pas forcément plus de "concentration", mais il me paraît évident que les associations ont tout intérêt à mettre en commun, à travailler ensemble. Cela permet d’être plus visible, de mutualiser les contacts, les compétences et les coûts. 

C’est aussi pour cela que le fait fédératif est si important, et la crise a bien montré l’importance des têtes de réseau.

Je suis persuadée que la mise en réseau est ce qui va permettre au secteur d’avoir plus de poids - à condition que cela reste agile. L’adage le dit bien : “si tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin”. 

À plusieurs, les choses prennent plus de temps : il faut convaincre, embarquer, se mettre d’accord, savoir pourquoi on avance ensemble, etc. Mais une fois qu’on a réussi à faire ce travail, on a une force de frappe démultipliée, plus durable et plus collective.

Le sens de l'histoire se trouve dans le collectif, à condition de ne pas nier les individualités.

portrait-interview-mouvement-associatif-teletravail

À l'heure où l'on passe le plus clair de nos journées en télétravail, derrière nos écrans, quelle place voyez-vous pour le numérique dans le fait associatif ?

Question difficile… et intéressante !

À mon avis, le tout numérique n'est pas possible. Mais en même temps, il nous a permis de gagner en efficacité à certains moments. Je pense que, depuis mars 2020, on a tous ouvert les yeux sur le fait qu’il n’était pas nécessaire de systématiquement se déplacer pour des sujets quand une simple visio suffit.

Le numérique a apporté de nouvelles pratiques, de nouveaux usages, il a changé notre manière de travailler, de collaborer, etc. 

Cependant, pour certaines choses, rien ne pourra remplacer le contact humain. Il faut se retrouver, ça fait du bien, ça donne du sens ! Le tout, c’est de trouver un équilibre.

portrait-interview-mouvement-associatif-priorite

Pour finir, quelles sont les priorités du moment pour le Mouvement Associatif ? 

Il y en a quelques-unes de taille !

On travaille beaucoup sur le projet de loi visant à conforter les principes de la République, qui risque, en l’état, d’avoir des impacts terribles pour les associations. 

On a également organisé un événement au CRI [Centre de recherches interdisciplinaires] sur les 120 ans de la loi 1901 autour des libertés associatives qui ont été abordées par le prisme historique. 

Évidemment, on est très occupés par les questions de relance, d’après-crise et par la manière dont les associations pourront être aidées.

Enfin, on est, nous aussi, en train de préparer les élections présidentielles et législatives. C’est  un moment hyper important, donc on va organiser une grande consultation du monde associatif à l’automne pour pouvoir alimenter le plaidoyer du Mouvement avant la présidentielle avant de toutes et tous nous retrouver le 31 janvier 2022 à la Cité Internationale Universitaire de Paris pour la 2ème édition de Droit de Cité ! 

Les assos, c'est pas un problème, c'est une solution qui fait évoluer les principes de la République.

Merci infiniment à Claire de nous avoir accordé de son temps pour répondre à nos questions et nous inspirer.

Corinne & Eva

Vie associative
Corinne
Articles recommandés
ComptabilitéOutils

Choisir son logiciel de comptabilité pour association : 7 critères

7 min
Antoine
GestionVie associative

Association et COVID : 10 ressources utiles pour vous adapter

3 min
Claire
Paiement en ligne

Paiement En Ligne pour Association : 6 Avantages

7 min
Corinne
  • Recherches fréquentes
  • Logiciel club de Football
  • Logiciel club de Basket
  • Logiciel club de Danse
  • Logiciel club de Judo
  • Logiciel club de Tennis
  • Solution associations
  • Solution de paiement en ligne pour association
  • Intranet pour association
  • ERP pour association
  • CRM pour association
  • Logiciel Association Gratuit
  • Logiciel Comptabilité Gratuit
  • Site Internet Gratuit
  • Ressources
  • Blog AssoConnect FR
  • Blog AssoConnect US
  • Formations pour association
  • Guides gratuits pour associations
  • OpenAsso
  • Newsletter d'AssoConnect
  • Entreprise
  • Qui sommes-nous ?
  • Notre engagement
  • L'équipe AssoConnect
  • AssoConnect Recrute
  • Page Presse
  • Contacter AssoConnect
  • Nous aider
  • Partenaires d'AssoConnect
  • Partenariats avec AssoConnect
  • Foire Aux Questions
  • Recherches fréquentes
  • Solution associations
  • Ressources
  • Entreprise

AssoConnect est conçu avec 💙 à ParisMentions légalesCGUVCGVPSPolitique de ConfidentialitéParamétrer les cookies